Go to Instagram Go to Instagram Go to Instagram Go to Instagram

Le PCRN à l’école du développement durable

En marge de la traditionnelle réunion de coordination des membres du Secrétariat National à la Presse, à l’Information et à la Propagande du Parti Camerounais pour la Réconciliation Nationale (PCRN) portant d’ordinaire sur l’évaluation et les stratégies de communication, s’est tenu ce mercredi 04 Novembre 2020 un séminaire-atelier sur la thématique: LE CAMEROUN FACE AUX DÉFIS DES OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT : BILAN, ENJEUX ET PERSPECTIVES.

Benjamin OMBE face aux responsables du PCRN

La présentation était menée par Benjamin OMBE, Directeur exécutif du cabinet Knowledge Consulting et auteur du livre : LE CAMEROUN EN PROSPECTIVE, ÉVALUATION DES OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE paru aux éditions HARMATTAN.

L’exposant du jour a commencé sa présentation par un bref rappel historique sur la marche des institutions au Cameroun sur les cinquante dernières années : « Le pays sort d’une longue période de crise et de pauvreté couronnée par l’échec d’une panoplie de programmes économiques. En effet, depuis son accession à l’indépendance en 1960, le Cameroun a lancé, tour à tour, avec des résultats mitigés, les plans quinquennaux de développement, les Programmes d’Ajustement Structurel (PAS), la Dimension Sociale de l’Ajustement (DSA), le Crédit d’Ajustement Structurel (CAS), la Facilité d’Ajustement Structurel Renforcée (FASR), la Facilité pour la Réduction de la Pauvreté et la Croissance (FRPC), l’initiative Pays Pauvre Très Endetté (PPTE)… », a-t-il rappelé.

Benjamin OMBE avec le Président National du PCRN, Honorable Cabral LIBII

Après une présentation panoramique des chiffres clés de l’impact des politiques publiques sur les deux dernières décennies (2000-2019), en guise de prospective, Benjamin OMBE alerte : « Le défi pour les gouvernants, au cours des prochaines années est de restaurer le contrat social en œuvrant pour une bonne gouvernance. La persistance de la pauvreté et des inégalités exposent le pays à des crises sociales profondes. Il faut se réveiller, s’ajuster, et avancer avec les politiques et institutions inclusives. Quand le contrat social est rompu, le pouvoir décent dans la rue » avant de conclure « Quelle que soit la nature des choses, le Cameroun passera de la deuxième République à la troisième voire la quatrième République d’ici à 2050. Ceux qui gouvernent aujourd’hui ou aspirent à diriger le pays au cours des prochaines années doivent apporter, en urgence, des réponses à ces défis de développement afin de préserver l’unité nationale et de promouvoir le développement et le bien-être pour tous. ». La cérémonie s’est bouclée sur une note de satisfaction générale. « Excellent moment de dégustation intellectuelle et de convivialité », a conclu le secrétaire national à la presse, à l’information et à la communication, Armand OKOL.

Cliquer sur l’image ci-dessous pour plus d’informations sur le livre

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *