Go to Instagram Go to Instagram Go to Instagram Go to Instagram

Retrait de la CAN TOTAL 2019 au Cameroun : Un boulevard d’opportunités…

La Confédération africaine de football (CAF) a finalement décidé, le vendredi 30 novembre 2018, de retirer l’organisation de la prochaine Coupe d’Afrique des nations 2019 (CAN 2019) au Cameroun. À la suite de cette décision, le Cameroun entre de plein fouet dans le « septennat des grandes opportunités ».

Le vendredi 30 novembre 2018 a été une longue, très longue journée pour les autorités camerounaises et même les populations. Après plusieurs mois de spéculations, le comité exécutif de la CAF doit prendre l’ultime décision sur le pays hôte de la CAN 2019. La veille, jeudi 29 novembre 2018, les tractions se poursuivent, des sources bien introduites annoncent déjà le retrait de la CAN au Cameroun. Ça ne sent pas bon. Mais rien n’est perdu. Finalement, l’annonce tombe. À l’issu de la réunion du comité exécutif de la CAF, réunie à Accra, le patron de la Confédération Africaine de Football, le Malgache Ahmad Ahmad, va trancher : « Nous avons décidé de retirer la CAN 2019 au Cameroun. Mais devant ça la CAF prend un engagement de soutenir le Cameroun, de donner du temps au Cameroun pour qu’il puisse bien préparer une CAN ». C’est donc clair. Le Cameroun n’organisera pas la CAN 2019. La nouvelle est mal accueillie à Yaoundé. Les populations sont révoltées sur l’ensemble du territoire national. Le milieu des affaires (opérateurs économiques) est inconsolable. Des milliards dépensés. La pilule est amère. Dans le sérail, c’est le blackout. Rien ne filtre. Évident. Le pays « pleure » ses investissements.

En prenant du recule sur les motivations, les raisons du comité exécutif de la CAF qui peuvent être fondées ou pas, de retirer la CAN au Cameroun et en tenant compte des enjeux politico-économiques de cet évènement ; la décision de retirer l’organisation de la CAN 2019 au Cameroun était-elle une bonne ou mauvaise nouvelle ? De notre point de vue, la réponse se trouve sur le terrain de l’entrepreneuriat ou plus globalement du milieu des affaires. Une règle connue. « Un bon entrepreneur ou investisseur est celui qui transforme les faiblesses en opportunités ». Ah oui ! Loin d’être une mauvaise nouvelle, se retrait de l’organisation de la CAN 2019 est un vaste champ d’opportunités qui s’ouvre pour le Cameroun.

En plaçant son septennat sur le signe du « septennat des grandes opportunités », peut-être le Président de la République, son Excellence Paul Biya, était dans le secret du Comité exécutif de la CAF. Dans tous les cas, les faits sont têtus. Le septennat commence avec les opportunités palpables.

Levez-vous ! Allez à la conquête des opportunités

En offrant l’opportunité au Cameroun de « mieux se préparer » pour abriter la CAN 2021 ou 2023, la CAF ouvre une grande porte à l’économie camerounaise de se dynamiser et d’émerger. C’est le temps des opportunités.

  • Opportunité de finaliser les infrastructures: il est certain que les infrastructures devant accueillir la CAN 2019 au Cameroun étaient en retard selon le calendrier de la CAF. Le risque de « mal faire » par précipitation  était très élevé. Le Cameroun a donc là, l’opportunité de bien faire avec des délais raisonnables. Ne lâchez pas.
  • Opportunité de « soigner » la gouvernance: la question essentielle qu’on devrait se poser est de savoir : pourquoi le Cameroun a perdu l’organisation de la CAN 2019 malgré tous les efforts ? Tous les indicateurs sont perceptibles que les lourdeurs administratives, les défaillances dans la gestion des projets, les conflits d’intérêts et même de compétence … ont pesé d’un poids lourd sur le retrait de cette compétition au pays de Roger Mila. C’est le temps de faire le bilan et de tirer les conséquences. S’évaluer pour mieux se projeter. Une grosse opportunité.
  • Opportunité de restructurer la FECAFOOT: l’institution en charge du football camerounais est depuis plus de trois ans sur « administration provisoire ». situation peut favorable pour cette organisation dans l’accomplissement de ses missions à savoir : définir, développer et encadrer le mouvement du football au Cameroun. C’est dans ce contexte, que la FECAFOOT devait accueillir la CAN 219 (même si les élections devraient se tenir dans les prochains mois). Le retrait de cette compétition offre l’opportunité à la FECAFOOT de disposer d’un taf légitime et outiller pour accompagner le Cameroun vers une organisation sans faute de la CAN 2021 ou 2023.
  • Opportunité de restructurer le COCAN: pour « réussir » l’organisation de la CAN 2019, le Cameroun a eu une idée géniale de créer un comité d’organisation. Dans les faits, si le COCAN bénéficie d’un statut juridique, son fonctionnement a été rattrapé par les conflits de compétences et d’intérêt. Voici l’opportunité de donner tous les moyens et le pourvoir nécessaire au COCAN de se mettre à l’œuvre pour une CAN « sucrée » en 2021 ou 2023.
  • Opportunité d’affaire pour le secteur privée: avant le retrait de la CAN 2019 au Cameroun, beaucoup d’entreprises et d’opérateurs économiques du secteur privé regrettaient déjà n’avoir pas anticipé sur les opportunités que devait leur offrir l’organisation de la plus grande compétition sportive en Afrique au Cameroun. « Tout est grâce ». Voici l’opportunité de vous préparer en conséquence pour les échéances à venir.
  • Opportunité de définir une stratégie de marketing pays: la CAN 2019 devait attirer l’Afrique sportive. D’importantes délégations (touristes, sportifs) ont hâte de découvrir le pays de Samuel Eto’o. Le Cameroun était-il suffisamment préparé pour vendre sa destination ? si pour certain c’est oui, c’est le moment de mettre sur pied une réelle stratégie de marketing pays notamment avec l’émergence des médias sociaux pour vendre le Cameroun au monde entier durant la CAN 2021 ou 2023. Les implications économiques d’une telle démarche sont innombrables. Saisissons cette opportunité.
  • Opportunité d’accélérer la décentralisation: les matchs vont se jouer dans les grandes villes. C’est le moment de mettre sur pied une réelle stratégie de marketing territorial devant permettre aux localités (CTD) de tirer le plus grand profit des retombées économiques d’une telle compétition. Anticipons sur les besoins d’avenir. Autonomisons les collectivités. L’émergence du pays en dépend…
  • Opportunité d’assurer la paix sur l’ensemble du territoire: la CAN 2019 devait se dérouler dans un contexte social fragile. Situation qui aurait impliqué d’énormes ressources (humaines et financières) pour garantir la sécurité des personnes et des biens (même s’il s »agit d’une mission régalienne de l’État). Le pays a l’opportunité de rétablir la paix dans les zones qui connaissent les troubles sécuritaires afin de rassurer les investisseurs et divers visiteurs qu’il devrait accueillir probablement en 2021 ou 2023.

In fine, il est impossible de lister toutes les opportunités qu’offre la décision de retirer la CAN 2019 au Cameroun dans cette tribune. Les prochaines éditions sont certes lointaines, mais certaine. Ne pleurons pas. Au contraire, dansons et mettons-nous au travail vite et maintenant. Allons à la conquête des opportunités.

N.B : Tribune publiée dans plusieurs journaux parmi lesquels le N°696 du bihebdomadaire REPERES

Benjamin OMBE-Journaliste expert en communication digitale,

Directeur Général du Cabinet Knowledge Consulting

2 thoughts on “Retrait de la CAN TOTAL 2019 au Cameroun : Un boulevard d’opportunités…

  • bonjour cher Benjamin!
    Après avoir pris connaissance de votre analyse aussi froide que pertinente sur la décision de la CAF concernant le retrait de l’organisation de la CAN 2019 au Cameroun que les “domptables” jugent de chaotique, je suis ragaillardis.
    En effet, je partage entièrement cette réflexe qui est une Sage contribution que le giron politico-administratif et même le secteur privée devraient exploiter avec la plus grande minutie. Je ne serai pas plus disert sur le sujet car serait faire une redondance. Mais permettez moi tout de même de vous témoigner toute ma satisfaction quant-à la lucidité avec laquelle vous avez abordez ce sujet on ne peu plus délicat. A coup sûr cette contribution, si elle a un écho favorable, fera un plus grand bien pour l’essor du Cameroun qui se doit d’aller debout et jaloux de…
    Force à la jeunesse!
    Fabrice Amougou depuis Ngaoundéré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *