Go to Instagram Go to Instagram Go to Instagram Go to Instagram

« …Au sein de certaines institutions publiques, c’est la grande panique de s’investir sur les réseaux sociaux de peur des réactions des internautes »

Benjamin OMBE-Directeur Général du Cabinet Knowledge Consulting/Auteur du rapport sur l’Indice de Perception de la Communication Digitale (IPCD) des institutions et personnalités publiques camerounaises expose sur l’intérêt d’une telle étude.

 Quel contexte peut-on prêter à cette étude ?    

La publication de ce rapport d’étude qui consacre la création de l’Indice de Perception de la Communication Digitale (IPCD) des institutions et personnalités publiques camerounaises intervient dans un contexte marqué d’une part par la prolifération des « fake news » dans l’espace cybernétique national et d’autre part la montée en puissance du discours haineux sur les réseaux sociaux. A côté de ces deux facteurs qui caractérisent le contexte actuel, nous notons également une « faim » manifeste des populations à prendre part à la gestion des affaires publiques. A donner leur avis sur le fonctionnement des institutions. Face à tous ces enjeux, les médias sociaux se retrouvent comme l’outil d’expression privilégié des populations. C’est l’ère des autoroutes de l’information.

Comment avoir une communication plus intense des institutions et personnalités sur la toile lorsqu’on sait que ces médias sont aujourd’hui le théâtre des maux tels que la haine et autres…

Actuellement, au sein de certaines institutions publiques, c’est la grande la panique de s’investir sur les réseaux sociaux de peur des réactions (injures) des internautes. Cette attitude des internautes (populations) devrait être un argument suffisant pour nos administrations et personnalités publiques pour  justifier leur présence sur les réseaux sociaux. La vraie question qu’on devrait se poser est de savoir qu’est qui est à la cause des fausses informations et autres dérives sur les réseaux sociaux ? L’absence d’information officielle entraîne automatiquement la propagation des fausses informations. La nature a horreur du vide. Le seul choix qui s’offre à nos institutions, est d’utiliser les mêmes canaux de communication à travers lesquels les maux suscités sont véhiculés.

Qu’est ce qui peut justifier l’élection du Président de la République comme personnalité digitale ?

Il faut noter que le Président de la République, son Excellence Paul Biya, a été évalué dans la catégorie personnalité. Dans cette catégorie, l’étude à analyser le personnal branding (e-réputation) de  39 personnalités publiques avec rang de Ministre y compris le Président de la République. L’évaluation s’est basée sur huit (08) indicateurs objectivement mesurables (IOM). A l’issu de cette évaluation, le Président de la République est sortie en tête de classement avec une moyenne de 81.25 points /100 (niveau très élevé). La notation s’étant déroulée du 14 au 21 janvier 2019, prend en compte les réalisations de l’année précédente (2018). Ce qui fait du Président Paul Biya, personnalité digitale 2018 au Cameroun. Il s’agit d’une évaluation scientifique et objective.

Entretien réalisé par Yannick Noah Mbarga

Article paru dans le trihebdomadaire l’anecdote N°1011 du 16 au 19 mars 2019

Télécharger le rapport d’étude

1 thought on “« …Au sein de certaines institutions publiques, c’est la grande panique de s’investir sur les réseaux sociaux de peur des réactions des internautes »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *